Jardrin de la Maison de Marie
Fleur du Jardin
Fleur du Jardin
Aquarelle des Steppes de Mongolie peintes par un ami du Père Palussière
Nouvelles des amis de la Maison ♥ Le Père Pierre Palussière continue d'annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus Christ en Mongolie. Il prie pour nous, n'oublions pas de prier pour lui.
Intentions de prière
Petit enseignement à méditer Ce texte à méditer est extrait d’un livre du Père M.D Molinié,o.p : « Le face à face dans la nuit » qui est une simple et profonde méditation sur le mystère du mal. Nous le recommandons à votre attention afin d’entrevoir ce que devrait être notre service dans la maison de Marie... : « Les saints emportés par les fleuves d’eau vive, ont un autre regard que le nôtre sur la souffrance et sur la mort. Ils sont attirés, en effet, par le Ciel, filtrant à travers le spectacle du Christ en croix, dont ils mangent la chair et boivent le sang. De sorte que leur compassion devient une véritable convoitise...non pour la mort mais pour la Gloire dont ils perçoivent la présence dans leur frère torturés. L’horreur est en effet le masque qui dérobe à nos yeux la Gloire dont parle Saint Paul, laquelle « est sans proportion avec les souffrances du temps présent... » (Rm8,18) Et tous les gestes qu’ils accomplissent sont offerts à Jésus comme les larmes et le parfum de Marie Madeleine... »
Annonce de rencontres ou de réunions ♥ Le 13 février 2009 à 15h les bénévoles de la maison se réuniront pour une assemblée générale qui se déroulera à la maison de Marie. Chacun est convié à venir et partager ses idées. Les plus habitués prendront aussi la parole pour témoigner de ce qui s'y vit. ♥ Le vendredi 12 décembre 2008 une Adoration de nuit a eu lieu dans la maison pour tous bénévoles et les habitants qui ont souhaité se recueillir. ♥ Les soupières de Marie ont repris dans les rues de Bordeaux, nous recherchons des sacs de couchage, des vêtements chauds, de bonnes chaussettes.
A ne pas manquer... ♥ Vistez le site du Vatican ♥ Visitez le site ami des Semeurs d'Espérance www.semeurs.org ♥ Visitez le site ami de l'Association d'Etudes de Théologie Thérèsienne www.asett.com
Sermon de Noël 2008 du Père Benoît Marie Simon, o.p « Il est venu parmi les siens… et les siens ne l’ont pas reçu… » Des siècles durant Dieu a préparé son peuple à la venue du Messie, et lorsque, enfin, Celui-ci est venu, seuls quelques simples bergers ont su l’accueillir avec Marie et Joseph ! Et nous ? Vous le savez sans doute au tout début de l’histoire de l’Eglise beaucoup de chrétiens ont été tués et, ceux qui étaient leurs frères, ont cessé de fêter Noël avec eux, parce qu’ils ne s’entendaient pas sur ce que signifie l’affirmation qui retentit aujourd’hui dans toutes les églises : « et le Verbe s’est fait chair… ». Pourquoi ces disputes, ces persécutions, ces morts… qui, aujourd’hui, nous semblent incongrues. De toute façon il nous est impossible de comprendre le mystère que nous célébrons, alors pourquoi se battre sur le sens des mots qu’on utilise, pourquoi essayer de comprendre ce qu’ils veulent dire ? Mais c’est parce que la foi doit nous mettre concrètement en face du mystère, elle doit être une rencontre avec Dieu… or, on peut Le rencontrer en vérité sans Le comprendre Lui, mais pas sans comprendre le sens des mots qu’Il a employé pour se manifester à nous. Sans quoi ce qu’on dit n’est que du bruit et, faute d’être en contact avec la Lumière, nous demeurons dans les ténèbres. Ainsi c’est après une très longue préparation que, lorsque les temps furent accomplis, la Vierge Marie a mis au monde le Sauveur du monde. Et pendant tous ces siècles Yahvé a éduqué son peuple au respect de la transcendance trois fois sainte du Très haut, duquel on s’approche en tremblant. Rappelez-vous Uzza, dans le premier livre des Chroniques (13, 9), qui est mort pour avoir touché l’arche d’Alliance sans être consacré… Tant que l’affirmation de l’Evangile : « et le Verbe s’est fait chair » ne nous heurte pas plus que cela, c’est que nous n’avons pas bien compris, sinon nous tomberions à genoux et nous adorerions… ou alors, comme saint Paul, nous combattrions de toutes nos forces cette affirmation insupportable. Et vraiment, si ce que nous proclamons aujourd’hui est faux, il faut nous persécuter, au nom même de Dieu, car nous blasphémons… mais si cela est vrai, alors il faut abandonner définitivement toutes nos idées personnelles sur Dieu, toutes nos théories sur les chemins qui conduisent à l’Absolu… et l’accueillir là où Il vient : dans la crèche, selon les paroles de l’Ecriture : « il n’y a pas sous le Ciel d’autre nom donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Acte, 4, 12). Le Verbe s’est fait chair, mais la divinité du Verbe, elle, ne s’est pas transformée en quelque chose d’humain… elle est restée parfaitement identique à elle-même, elle n’a rien perdu et n’a rien acquis, et pourtant la Personne du Verbe fait exister en elle, sans confusion ni mélange, l’humanité du fils de Marie, Jésus de Nazareth. Pour cette humanité, et donc pour nous, c’est bien sûr un don inimaginable, mais pour le Verbe, qu’est-ce que cela représente ? Qui peut le dire ? Qui peut comprendre ? Et puisque cela ne lui apporte rien, c’est un pur cadeau, un cadeau extraordinaire et complètement fou… preuve éminente de la folie de son amour pour nous, dont nous avons bien besoin. En effet, Dieu nous aime et pourtant si souvent la vie n’est pas drôle, elle est même parfois dramatique, déchirante… Alors de deux choses l’une, ou bien Il ne nous aime pas tant que cela, ou bien Son amour est en train de réaliser quelque chose de très mystérieux et donc très difficile : un long enfantement qui passe par ces souffrances là. Pour défendre son pays contre l’armée Napoléonienne, le général en chef des armées russes a sacrifié Moscou. Beaucoup y ont vu un signe de peur et de défaitisme… c’est seulement après la victoire qu’ils ont compris. Eh bien, c’est la même chose, Dieu nous conduit dans son royaume, là son amour triomphe et Dieu se donne à nous en plénitude parce que le ciel est communion parfaite dans laquelle Dieu devient notre béatitude éternelle… C’est ce don là, et lui seul, qui donne son sens à tout, absolument tout. Ainsi lorsque nous le verrons tel qu’Il est, nous comprendrons ce que dit saint Paul : « il n’y a pas de proportion entre les souffrances du temps présent et le poids de gloire que Dieu a préparé pour nous ». Mais en attendant, dans les épreuves, les difficultés, les obscurités… il nous est difficile de voir à l’œuvre cet amour, et nous sommes tentés de nous décourager, de penser que nous sommes abandonnés, livrés à nous-mêmes ou à des forces aveugles… Aussi, Dieu a voulu nous faire toucher la réalité et la proximité de son amour pour nous, en réalisant quelque chose d’extraordinaire, de fou : il a uni à Lui, pour toujours, dans la divine Personne de son Fils, l’humanité de Jésus, fruit d’une génération charnelle comme la nôtre. En contemplant ce mystère qui aura le cœur assez dur pour douter ? Acceptons d’être perdus, dépassés, acceptons de ne pas comprendre, mais, patiemment, inlassablement, résistons à la tentation de douter, c’est-à-dire revenons sans cesse devant la crèche… et laissons l’émerveillement devant ce que Dieu a fait pour nous faire son œuvre en nous.
Vierge du Sacré Coeur de Saint Paul
La maison de Marie
La maison de Marie
La maison de Marie
La maison de Marie
Accueil Nous & Eux Nos moyens La maison Comment servir ? Soupières de Marie Infos Pratiques Journal Atelier des barrailsLa maison de Marie